Episode 85 - Toc toc toc...

Publié le par L'Arche de Porquerolles

Intérieur nuit. Confortablement emmitouflée sous sa couette, Mademoiselle la Directrice dort d'un sommeil de bébé.

Quand...

 

Toc-toc-toc...

 

Ouvrir un oeil. Puis deux. Hésiter. Les fermer.

 

Toc-toc-toc.

 

Rouvrir les yeux.

 

Toc-toc-toc.

 

Se lever. Passer un chiffon afin d'être descente. Déverrouiller - prudemment - la porte (vous avez l'imagination fertile, surtout après le dernier Connelly).

 

Devant vous se tient, pieds nus et cheveux dénoués, Madame Chambre 2. Qui écarquille les yeux et vous demande, d'un air ingénu:

 

"Ma copine et moi on s'est disputé, et elle est partie avec la clé de la chambre, vous pouvez m'ouvrir?"

 

Vous vous surprenez à maudire avec fougue la localisation de votre nid, et la fâcheuse habitude qu'ont vos clients de vous débusquer à des heures indues pour vous soumettre des requêtes parfois incongrues.

 

Votre côté San-A vous incite à suggérer vertement à votre cliente de passer un coup de fil à sa copine pour l'inciter à ramener illico son mignon popotin à la maison.

Votre côté Nadine prend le dessus, et vous accompagnez courtoisement votre cliente - pieds nus, l'une comme l'autre, et sous la pluie, pour faire bonne mesure - jusqu'à l'étage, où vous déverrouillerez sa porte - et la lui tiendrez pour lui permettre d'entrer, non mais je vous jure...

 

Vous en serez quitte pour prendre une douche - à une heure du matin - et mettre deux heures à vous rendormir en maugréant.

Publié dans Profession hôtelier

Commenter cet article

mir2b 26/09/2010 10:25



Nous étions souvent réveillés, mais surtout par des fêtards peu discrets et qui laissent le moteur de leur voiture tourner. A 3 heures du matin. Près des locations et de nos chambres. Il est
arrivé que mon mari se lève, nu, aille fort en colère (et c'est un euphémisme), enlever la clé de la voiture et revenir avec se coucher. Le lendemain, ce sont les clients qui se sont excusés. La
manière forte paie parfois. 


Une autre fois, c'est un cri de détresse qui nous a réveillés: "My father is dead!". Je peux te dire que nous avons passé là, avec la famille, une bien dure journée.


Heureusement, ces nuits sont rares et la grande majorité est calme. Ce qui fait en partie la réputation du camping.